Créer un site internet

JO 2024 : les bouquinistes des quais sont prêts au bras-de-fer juridique

Vendredi 17 novembre au soir, quai de la Tournelle (Ve arr.), a eu lieu le démontage de quatre boîtes vertes, emblématiques du métier des bouquinistes des bords de Seine, puis leur remontage. Un test en vue de s’assurer de la possibilité d’enlever 450 à 600 boîtes avant les Jeux olympiques, l’été prochain.

Rappel des faits. Fin juillet 2023, la préfecture de police prévient les bouquinistes que leurs boîtes seront démontées afin de sécuriser le parcours fluvial de la cérémonie d’ouverture, le 26 juillet 2024. Leur incompréhension est grande : pourquoi priver Paris d’un des petits métiers qui ont façonné son image aux yeux des touristes, au moment où le spectacle sera diffusé mondialement ? Côté pratique, comment assurer le démontage de ces boîtes ? Que deviendront les bouquinistes privés de gagne-pain ? Début octobre, le Conseil de Paris vote en faveur du déplacement des boîtes.

La mairie de Paris recherche des bouquinistes pour faire vivre les quais de  Seine

Pour les bouquinistes, un test sans signification

L’enlèvement semble inéluctable et, aucune boîte n’ayant été cassée vendredi soir, réalisable. Mais Jérôme Callais, président de l’Association culturelle des bouquinistes de Paris, explique à BV pourquoi il faut relativiser le succès du test :

« Quand vous déployez vingt personnes avec cinq ou six camions, dont un 24 tonnes doté d’une grue, à quoi vous ajoutez onze déménageurs pour emballer les livres et quinze policiers pour régler la circulation, forcément, ça se passe bien. » Cela n’est pas représentatif, d’autant que le démontage sera confié par la mairie à un prestataire et que ce seront des centaines de boîtes qu’il s’agira de démonter.

Mais pour le président des bouquinistes, « 400, 500, 600 boîtes, on s’en fout. Nous ne voulons pas qu’on touche à nos boîtes, point ! Nous étions d’accord avec le projet initial de la mairie : déminage, scellage et emballage des boîtes. Depuis qu’est exigé leur enlèvement, nous n’avons plus aucune confiance. » Détail révélateur de l’opacité du système : les bouquinistes ne savent pas où seront entreposées les boîtes et les livres, une fois le démontage fait, et de toute façon, ils n'auront plus la main dessus. Une raison de plus de se défier…

Le demi-soutien de l’Académie française

Et d’ailleurs, « pourquoi vouloir nous effacer coûte que coûte d’un événement planétaire ? s'interroge Jérôme Calais. Nos boîtes dérangent sur 15 % du périmètre concerné… Or, la mairie a vendu la candidature de Paris au Comité des JO avec des arguments culturels, son Histoire, ses monuments mais aussi ses bouquinistes - nous sommes la plus grande librairie du monde,la plus ancienne, la plus démocratique et la plus populaire -,comment ne peut-elle pas défendre notre présence sur les parapets ? »

En passant sur les quais, il y a quelques semaines, nous confie Jérôme Callais, Emmanuel Macron a assuré quelques bouquinistes que leurs boîtes ne seraient pas enlevées. Quel valeur a ce soutien ? La même que celui de l’Académie française ? « L’Académie, la grande, n’est pas opposée à l’enlèvement des boîtes, elle ne fait que réclamer un dédommagement pour les bouquinistes. Ça n’est pas nous soutenir ! Par contre, nous soutiennent de façon extraordinaire les quatre autres académies : des beaux-arts, des sciences, des sciences morales et politiques, des inscriptions et des belles-lettres. Nous avons également le soutien de toutes les académies régionales. L’Académie française n’a pas su rejoindre ce mouvement : c’est triste. »

Pour l’heure, les bouquinistes, épuisés et excédés par trois mois et demi de combats face à une administration municipale sourde, étudient maintenant avec leurs avocats les arguments juridiques qu’ils pourront opposer à la mairie de Paris. Quant à la célébration du métier lors de la cérémonie d’ouverture, Jérôme Callais ne s’y laisse pas prendre : « Pas question de nous prêter à cela si nous sommes effacés physiquement du paysage. Non, non et non ! » La ligne est claire : « Nous ne voulons pas qu’on touche à nos boîtes. » Les bouquinistes des quais ont survécu aux guerres, à l’Occupation, à la crue de 1910… survivront-ils à Anne Hidalgo ?

Samuel Martin

 

Date de dernière mise à jour : 21/11/2023

  • 9 votes. Moyenne 4.6 sur 5.