Armées françaises, et occidentales : difficultés de recrutement

Dernière info : Un court article de France 3 fait état des difficultés de recrutement et de fidélisation des soldats.

Une application pour suivre au plus près le 14 juillet | gouvernement.fr

Cet article parle à l’ancien chef de la cellule «Prospective Évaluation» de la Direction du Personnel militaire dans les années 90-92, (moi-même), en charge, à l’époque, d’étudier l’éventuelle professionnalisation de l’Armée. Les conclusions de nos études internes s’inscrivaient clairement contre la suppression du service national, mais elles avaient été balayées par celles d’un cabinet d’audit civil, «Arthur Andersen», que les politiques et le commandement de l’époque avaient préféré aux nôtres.

Les chiffres donnés dans cet article sont édifiants. On y apprend que sur un objectif annuel de recrutement de 16 000 en 2023, 2000 à 2500 recrues manqueront à l’appel (-15%) et que ces déficits de recrutement touchent également l’Allemagne et plus encore les USA qui affichaient un déficit de 15 000 recrues en 2022 et plus encore en 2023.

On y apprend aussi que 20% à 30% des jeunes recrues dénoncent leur contrat dans les premiers mois de service. C’est «énormissime» alors même que toutes  les mesures ont été prises pour élargir les viviers de recrutement et pour prendre en compte les particularismes des uns et des autres (féminisation à outrance, élargissement à 30 ans de la plage de recrutement, ouverture aux candidats LGBT+++ et transgenres …)

Alors que nos bons journalistes mainstream ne cessent de prêcher la guerre contre la Russie, contre la Chine, contre l’Islam, contre tous ceux qui ne partagent pas nos certitudes sur l’universalité présumée de nos valeurs et systèmes de gouvernance occidentaux, et qui refusent de servir nos intérêts, les nombres évoqués dans cet article posent problèmes.

Ces problèmes s’ajoutent à l’indigence des budgets de défense et au non respect des lois de programmation militaires, toujours remplacées par une autre bien avant leur terme, depuis plus de 30 ans.

Comment conduire et gagner des guerres dans de telles conditions ? L’occident peut-il encore se payer le luxe d’être agressif lorsqu’il fait face au «Sud global» qui construit et renforce son unité contre nous avec les BRICS+, l’OCS et bien d’autres organisations incluant la Chine, l’Inde et … la Russie et qui dispose des clefs des réserves énergétiques et des matières premières dont nous manquons cruellement ?

Dominique Delawarde

 

Date de dernière mise à jour : 15/12/2023

  • 9 votes. Moyenne 4.7 sur 5.
×