Avignon : un NFP fiché S au Palais des papes ? Une bataille emblématique

Certaines circonscriptions en disent long sur l’état politique du pays, au lendemain de ces élections législatives anticipées : la première circonscription d’Avignon, par exemple.

Là, Catherine Jaouen (RN), député sortante, arrive en tête avec 34,62 % des suffrages. Derrière, Raphaël Arnault (NFP) se contente de 24,76 %. Cet homme n’est pas exactement le premier venu : il est « fiché S et condamné pour violence en réunion » (il a décidé de faire appel de cette condamnation). Un pedigree assez gênant pour susciter une candidature de gauche dissidente, celle de Philippe Pascal.

Mais avec un résultat culminant à 18,27 %, ce dernier est condamné à se retirer tout en appelant désormais à voter pour le frère ennemi d’hier : « Je suis déçu parce que si j’avais été qualifié, j’aurais été le mieux à même de rassembler et de gagner, car je suis un modéré. […] Mais j’appelle à voter pour M. Arnault. Mon seul but, c’est de battre le RN. »

@RN

Quand Lionel Jospin évoquait le « théâtre antifasciste…

Quelle abnégation et comme tout cela est touchant. Notre homme s’assied donc sur son programme progressiste, humaniste et « modéré », juste pour faire barrage au RN, comme s’il s’agissait d’un projet politique en soi. Nous sommes certes à Avignon, à l’approche de son festival. Mais cela ne saurait tout excuser, tels qu’en témoignent les propos de Lionel Jospin prononcés en 2007 : « Durant les années du mitterrandisme, tout antifascisme n’était que du théâtre, il n’y a jamais eu de menace fasciste. Nous avons été face à un parti, le Front national, qui était un parti d’extrême droite, un parti populiste aussi à sa façon, mais nous n’avons jamais été face à une menace fasciste… »

Depuis, l’ancien candidat malheureux à la présidentielle de 2002 semble avoir infléchi son discours, en appelant à ce même Front républicain auquel même Serge et Arno Klarsfeld ne croient plus, n’hésitant pas à dire qu’entre le RN et LFI, ils choisiraient le premier en cas de second tour. Interrogée par nos soins, Catherine Jaouen, avocate de profession et issue d’une famille gaulliste, nous confie avoir « retrouvé en 2013, ce souffle chez Marine Le Pen, cette femme qui a traversé tant d’épreuves, avec un courage absolu. […] Je fais la différence entre l’ancienne et la nouvelle gauche, dit-elle. Cécile Helle, le maire d’Avignon, Philippe Pascal, mon adversaire à la députation, sont des personnes courtoises, avec lesquelles il est toujours possible de discuter de manière apaisée, au contraire d’un Raphaël Arnault. »

L’indignité de la gauche de gouvernement…

Seulement voilà, la même Cécile Helle, maire (PS) d’Avignon, vient d’appeler à voter pour... Raphaël Arnault ! À l’en croire, « le risque d’une majorité absolue à l’Assemblée nationale pour le RN est aujourd’hui bien réel et je suis comme tous les démocrates, inquiète pour l’avenir de notre pays. » Et d’exiger de ses électeurs « un vote clair » en faveur du fameux Raphaël Arnault.

D’où ces confessions de Catherine Jaouen : « La gauche à l’ancienne de Cécile Helle a fini par tomber le masque en s’alliant à LFI et pas à n’importe lequel de ses représentants. Raphaël Arnault s’est déjà présenté aux élections législatives de 2022, à Lyon, sous l’étiquette du NPA, jugeant sans doute que la Nupes n’était pas encore assez à gauche à son goût ! »

Mais, quid de la position de Malika di Fraja, candidate macroniste, parvenue en quatrième position, avec 16,13 % ? La réponse vient de tomber : pas de consigne de vote pour le second tour… « Cette circonscription se retrouve prise en étau entre les extrêmes et méritait beaucoup plus que ça. […] Les voix de mes électeurs ne m’appartiennent pas, et je pense qu’ils sont suffisamment en capacité de décider d’eux-mêmes ce qu’ils ont envie de faire. »

Voilà une position qui est tout, hormis indigne, même si les électeurs peinent à suivre cet interminable feuilleton, ne sachant plus pour qui il faut ou pas voter, entre ceux qui font un jour partie de « l’arc républicain » et l’autre non. Catherine Jaouen : « La vérité, c’est qu’aujourd’hui, tous tentent de sauver leur peau, quitte à dire le contraire de ce qu’ils prétendaient hier. »

Un débat télévisé attendu de pied ferme…

Dans le même temps, Thierry d’Aigremont, secrétaire du RN en Vaucluse, appelle les électeurs de gauche « centristes ou modérés, à voter RN pour éviter la pagaille dans la rue. » Et de poursuivre : « Je connais pas mal de personnes de gauche modérée ou de gauche centriste qui ont peur de voir arriver au gouvernement des islamo-gauchistes ou des soutiens du Hamas. Raphaël Arnault fait peur aux Avignonnais. Les Avignonnais vont se réveiller et choisir Catherine Jaouen car ce sont des gens raisonnables qui n’ont pas envie de voir la pagaille dans la rue en permanence à Avignon. »

Les Avignonnais attendent maintenant le débat opposant Raphaël Arnault et Catherine Jaouen, prévu sur France 3 ce mardi à 7 heures 45 sur France Bleu Vaucluse. Pour la candidate lepéniste, « ce sera l’occasion pour Raphaël Arnault de tomber le masque… » On peut faire confiance à cette avocate pour l’y aider.

Nicolas Gauthier

 

 

Date de dernière mise à jour : 01/07/2024

  • 3 votes. Moyenne 4.7 sur 5.