Créer un site internet

Hongrie : Nouvelle consultation nationale anti-Union européenne

« Bruxelles veut établir des ghettos de migrants en Hongrie. Qu’en pensez-vous ? », interroge l’une des 11 questions du formulaire.

La Hongrie de Viktor Orban, le gouvernement le plus « stable » de l'UE –  EURACTIV.fr

La Hongrie donne le coup d’envoi ce vendredi d’une nouvelle initiative anti-UE. Le gouvernement hongrois lance une nouvelle consultation nationale visant à « défendre la souveraineté » du pays d’Europe centrale face à diverses positions de l’Union européenne, dont le pays est membre.

« Bruxelles veut établir des ghettos de migrants en Hongrie. Qu’en pensez-vous ? », interroge l’une des 11 questions du formulaire publié sur la page Facebook du gouvernement. Le Premier ministre nationaliste Viktor Orban est coutumier de cette méthode sans effet légal, qu’il utilise régulièrement depuis 2015 pour légitimer ses positions anti-UE.

Des formulations très orientées

Il a expliqué la semaine dernière espérer recevoir un blanc-seing pour ses politiques afin de « tenir bon » dans sa bataille avec Bruxelles. Outre la politique migratoire, la consultation aborde la question de la guerre en Ukraine voisine, avec laquelle la Hongrie entretient des relations tendues. « Bruxelles veut donner davantage d’armes et d’argent à l’Ukraine », « Bruxelles veut que l’Ukraine rejoigne l’Union européenne » : la population est appelée à donner son avis sur ces points.

La Hongrie, bien que membre de l’Otan, refuse de fournir toute contribution militaire à Kiev et maintient des liens avec le Kremlin. Elle avait mis en garde la Commission européenne contre l’ouverture de négociations d’adhésion avec Kiev. Les formulations sont souvent très orientées, voire avancent des assertions sans preuves.

Thèses complotistes

Concernant l’embargo sur l’importation de céréales ukrainiennes – que Budapest refuse de lever contre l’avis de Bruxelles – les électeurs ont le choix entre « soutenir par tous les moyens les agriculteurs hongrois » ou « ouvrir notre marché aux grains ukrainiens génétiquement modifiés ». Dans une question sur le Hamas, la consultation affirme que ce mouvement islamiste palestinien a reçu de l’aide financière de Bruxelles.

Viktor Orban soutient inconditionnellement le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et l’opération militaire lancée à Gaza, en représailles à l’attaque sanglante du Hamas en territoire israélien le 7 octobre. Sur un autre sujet, le gouvernement accuse Bruxelles et « diverses organisations d’étrangères » d’interférer dans la vie politique hongroise en « distribuant des milliards d’euros » à l’opposition.

Et appelle à se prononcer sur une législation plus stricte, un projet actuellement en discussion. Les citoyens sont invités à renvoyer le questionnaire par la poste d’ici au 10 janvier, avec également bientôt la possibilité de le remplir en ligne. En 2022, la dernière consultation avait rassemblé 1,4 million d’électeurs sur huit, soit 17,5 %. Invoquant leurs réponses, le gouvernement avait assuré que 97 % des Hongrois étaient opposés aux sanctions.

La Rédaction

 

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 17/11/2023

  • 9 votes. Moyenne 4.7 sur 5.