Pour le petit Émile

Dans l’après-midi du 8 juillet 2023, le petit Émile disparaissait après avoir été aperçu dans une ruelle du Haut-Vernet (Alpes-de-Haute-Provence) où il séjournait chez ses grands-parents, et toutes les recherches sont depuis restées vaines, ainsi que l’instruction désormais menée des chefs d’enlèvement et de séquestration.

Emile

Pour le troisième anniversaire de sa naissance, sa mère a lancé via le journal Familles chrétiennes un appel bouleversant : « Par pitié, s’il est vivant, ne nous laissez pas vivre sans lui, rendez-le-nous! Par pitié, s’il est mort, dites-nous où il se trouve, rendez-le-nous, ne nous laissez pas sans une tombe pour nous recueillir! Tout cela, vous pouvez le faire de mille manières, même anonymement, sans avoir à vous dénoncer, mais ne nous laissez pas vivre le restant de nos jours, ainsi que nos familles, avec cette affreuse angoisse qui nous broie le cœur. »

Cette supplication sera-t-elle entendue ?

Juste après l’évaporation de ce petit ange (pour une fois, la qualification est bien choisie), Ségolène Royal avait avec une rare indécence souligné le « profil très inquiétant » de son père (candidat aux régionales de 2021sur une liste conduite en PACA par Valérie Laupiès, ancienne directrice d’école et ex-élue du FN) et ajouté ce commentaire péremptoirement accusateur : « On n’a donc pas regardé l’hypothèse d’un problème ou d’une vengeance familiale ? ». Une famille catholique traditionaliste comme l’est celle d’Émile étant évidemment capable de commettre les plus indicibles forfaits, du moins selon la ci-devant « Madone du Poitou », visiblement étrangère à toute charité chrétienne.

Pour notre part, nous assurons les parents d’Émile de toute notre solidarité et de notre compassion et souhaitons ardemment que cesse enfin le cauchemar où ils se débattent depuis le 8 juillet.

La Rédaction

Date de dernière mise à jour : 25/11/2023

  • 8 votes. Moyenne 4.8 sur 5.
×