« Les nouveaux profils du crime organisé »

Ancien directeur de police judiciaire et ex-directeur adjoint d’Europol, Michel Quillé vient de recevoir le Prix Giovanni Falcone 2024 qui récompense un professionnel intervenant dans le champ de la criminalité mafieuse. Michel Quillé est aujourd’hui consultant en sécurité. Entretien.

Michel Quillé, ancien directeur PJ (DR)

À votre avis, sur quoi faut-il dorénavant agir pour lutter contre la criminalité organisée ?

À mon sens, les efforts sont à porter dans plusieurs directions. Déjà, pour améliorer la lutte contre la criminalité organisée, il faut mieux adapter la législation pénale. En 2024, avec la question du trafic de drogue, la France se trouve dans la même situation où se trouvait l’Italie en 1980 : beaucoup d’efforts, quelques résultats, mais rien de significatif.
Lorsque l’Italie a constaté que son État de droit ne permettait pas de réduire l’activité des mafias, elle a purement et simplement installé un système judiciaire spécifique à la lutte antimafia. Cela a consisté en l’introduction du délit d’association mafieuse, du système des repentis, d’un régime pénitentiaire particulier et de la mise en place d’un système de saisie et confiscation des biens des mafieux.

Au cours des 15 dernières années, la France a amélioré sa législation contre la criminalité organisée, mais force est de constater qu’elle se trouve dépassée par la généralisation du crime organisé.

es masses financières dégagées par les trafics permettent aux têtes de réseau, souvent installées à l’étranger, de continuer à gérer leurs équipes de trafiquants en France. Il arrive même que ces criminels commanditent l’assassinat de leurs concurrents depuis leur cellule et qu’ils parviennent à corrompre les éventuels témoins de leur procès. Un débat serait possible sur la réforme de cette législation si le temps le permettait. Je pense qu’il est déjà bien tard pour se permettre un psychodrame provoqué par la mise en place d’une législation particulière.
Seule cette législation permettrait de réduire l’impact des membres de ces groupes criminels, qu’il s’agisse des dealers, guetteurs, nourrices ou « protecteurs ».

Alors que faire d’autre ?

Il faut renforcer la lutte contre la dimension financière des mafias : là aussi des avancées ont eu lieu avec notamment la mise en place de l’AGRASC (Agence de gestion et de Recouvrement des avoirs saisis et confisqués) mais ces mesures sont à systématiser et accélérer. Il faut également plus d’investissement dans la lutte contre la dimension digitale du crime organisé. La France a bien progressé, mais il faut en faire une priorité, tant les trafics (et pas seulement de stupéfiants) et les mécanismes de blanchiment.

Êtes-vous inquiet devant la multiplication des mafias qui prennent de plus la forme de notabilité et de cols blancs ?

Par principe, le crime organisé vise à générer des profits de quelque manière que ce soit. Toutes les formes de criminalité, qu’il s’agisse de trafic de drogue, de trafic d’êtres humains, de trafic d’armes ou de trafic de déchets, génèrent des masses monétaires importantes.
En conséquence, il y a eu un changement de profil des criminels : de façon quasi obligatoire, ils sont devenus des financiers. S’ils ne gèrent pas eux-mêmes les fonds provenant de leur trafic, les volumes financiers dégagés leur permettent de se faire assister de spécialistes en fiscalité, en comptabilité ou transferts de capitaux.
De plus, ce qui est apparu aux policiers au cours des dernières années, c’est la multidisciplinarité des organisations criminelles. Pour faire plus simple, elles passent d’un trafic à l’autre en fonction des opportunités et de la rentabilité attendue.
Plus grave encore, cette dimension financière, en croissance exponentielle, permet la corruption des agents publics (policiers, greffiers) ou dans le secteur privé comme les gestionnaires et manutentionnaires dans les ports.

Quel a été votre lien avec le juge Falcone ?

J’ai été en relation indirecte avec le juge Falcone, car à l’occasion d’une enquête que j’ai dirigée, j’ai été amené à interpeller un membre de la mafia sicilienne qui avait pour mission de répartir en Europe les quantités de cocaïne que lui faisait parvenir un cartel colombien après une entente conclue entre ces deux organisations.
Au cours de l’audition de ce mafieux sicilien, il m’a révélé être une relation du nommé Tommaso Buscetta, qui était lui-même celui qu’on qualifiait de « grand repenti » et qui, traité par le juge Falcone, avait permis la tenue des maxi procès de Palerme dans les années 84-85.
Intéressé par le profil et les révélations du mafieux que j’avais interpellé, le juge Falcone s’est déplacé spécialement dans la prison de Rhône-Alpes où il était détenu pour procéder à son audition.
Comme je disposais d’informations qui ne figuraient pas dans le procès-verbal, il avait été prévu que je rencontre le juge Falcone pour les lui communiquer. Pour des problèmes d’agenda, cette rencontre n’a pas eu lieu. Mais pendant les années qui ont suivi sa condamnation, ayant obtenu le statut de repenti, ce mafieux a été régulièrement débriefé dans sa prison française par un adjoint du juge Falcone.

Mais ce rendez-vous manqué avec le juge Falcone, n’a pas été la dernière occasion de travailler pour lui. Un des repentis qu’il traitait, le nommé Antonino Calderone, lui a révélé qu’un grand chef mafieux était venu installer une famille mafieuse à Grenoble, ville où je dirigeais à cette époque la police judiciaire. Dès réception de cette information, j’ai mis en place deux dispositifs. Le premier, c’est une « Task force » composée de policiers et de membres des services fiscaux pour rechercher les possibles infiltrations financières de cette famille mafieuse.
Ensuite, j’ai développé une coopération étroite avec les services de police italiens chargés de la lutte anti-mafia, à savoir la DIA (Direzione Investigative Antimafia) lesquels, outre l’échange d’informations opérationnelles, m’ont permis de découvrir et intégrer les méthodes de travail anti-mafia. Peu après, il m’a été demandé d’installer en France une Unité Antimafia, du fait des résultats positifs obtenus précédemment.

Propos recueillis par Frédéric Crotta

LA FRANCE LIBÉRÉE DONS

Date de dernière mise à jour : 11/04/2024

  • 4 votes. Moyenne 4.8 sur 5.