À MÉDITER : Des chaînes islamiques pour les tout-petits

« La jeune fille est telle une friandise, si elle reste dans son emballage, elle conserve sa beauté, et si elle est déballée, elle est prise d’assaut par les mouches qui la salissent », explique de sa voix douce la poupée, dans ce dessin animée destiné aux petites filles musulmanes. À l'âge de l'insouciance de l'enfance, la spectatrice francophone doit comprendre, par la « bonne parole » de sa poupée voilée, qu’ainsi protégée, « la jeune fille préserve sa beauté des regards ». Nombreux sont les sites Internet et les contenus numériques à l’usage des parents musulmans dans le but d'aider à transmettre l’arabe ou les valeurs de l’ aux . Ainsi, « par l’image et le son, outil moderne de la communication, nous souhaitons toucher l’esprit et la sensibilité des plus jeunes afin qu’ils se souviennent de la grandeur d’Allah », explique la chaîne Famille musulmane (3,81K abonnés sur YouTube).

CHAÎNES ISLAMIQUES

De son côté, Talamize propose « des programmes uniques et adaptés, spécialement conçus pour que chaque parent puisse depuis son domicile et en fonction de son emploi du temps enseigner l’arabe à son enfant de manière ludique, et cela, même sans aucune connaissance ». La chaîne Madrass présente, quant à elle, ses « darsanimés » (marque déposée), savant mélange des mots « dars » (leçon, en arabe), et « animés », en référence aux vidéos. Ainsi, donc : « Les darsanimés sont des sortes de dessins animés génétiquement modifiés. Ils ont certes pour objectif d’être ludiques mais ils ne sont pas destinés à distraire, ils ont une forte visée éducative pour nos enfants. Ce sont surtout et avant tout des supports pédagogiques ludo-éducatifs. » Des programmes « élaborés à partir d’ouvrages religieux de référence et adaptés au jeune public francophone visé. »

Des comptines pour apprendre les cinq piliers de la foi, des vidéos pour apprendre les ablutions avant la prière, des jeuxdes histoires pour s’endormir (la chaîne Les lectures d’une muslim mum compte 10,1K d'abonnés sur YouTube), des imagiers... Grâce à l’essor de ces  islamiques, les petits internautes peuvent, à leur rythme, tout apprendre sur le Coran, la vie du prophète, le vocabulaire arabe, et leurs parents éduquer leur progéniture « dans la bienveillance de l’islam ».

Naturellement, si les supports ont su s’adapter aux nouvelles techniques de communication, tout comme le font les influenceuses musulmanes sur TikTok, le message véhiculé n’en reste pas moins rigoriste, puisque inspiré de livres anciens. Plutôt que de baigner dans une culture française, des petits musulmans sont ainsi entretenus dans leur culture d’origine et on leur apprend à maîtriser les bonnes pratiques de l’. Dans son enquête sur Le frérisme et ses réseaux, Florence Bergeaud-Blacker révèle que la série Madrass’animée s’appuie sur La Citadelle du musulman, qu’elle présente comme « un livre d’auto-endoctrinement qui se prête particulièrement à l’auto-apprentissage assisté par Internet ». À l’inverse d’autres méthodes pédagogiques suscitant la curiosité ou l’esprit d’initiative de l’enfant, celle-ci impose, selon elle, « l’intériorisation de comportements islamiques par le conditionnement physique et psychique de la répétition, par la crainte de mal faire ».

Étonnamment, les personnages dessinés ont les traits d’ européens, un moyen que l'anthropologue analyse pour « affirmer la vocation naturelle de l’ à rassembler toutes les cultures et toutes les couleurs de peau sous son enseignement universel ». Et voilà comment, dès le plus jeune âge, des jeunes Français sont conditionnés à maîtriser l’arabe et le Coran et rester musulman pour qu’à terme, selon le plan des Frères, ce ne soit pas à eux de s’assimiler à nos us et coutumes nationales mais bien l’inverse « à la France de s’adapter »...

Iris Bridier

Date de dernière mise à jour : 23/03/2023

  • 10 votes. Moyenne 4.4 sur 5.
×