L’ACTION FRANÇAISE INTERDITE D’HONORER SES MORTS

La Préfecture de police de Paris interdit le rassemblement de l’Action Française prévu au cimetière de Vaugirard. Face à cette incroyable interdiction, le mouvement entend déposer un référé au tribunal administratif.

Les interdictions de rassemblement ou de manifestation actuelle ne touchent pas que les défenseurs de la cause palestinienne. Vouloir honorer la mémoire des morts semble également faire partie des nouvelles interdictions de la Préfecture de Police.

L’Action Française, dont le rassemblement hommage à Jeanne d’Arc avait été interdit (avant d’être autorisé par la justice après recours), est de nouveau la cible de la Préfecture de Police. La préfecture interdit le rassemblement du mouvement royaliste au cimetière Vaugirard en ce mercredi de Toussaint.

Nous reproduisons ici l’intégralité du communiqué d’Action Française :

La préfecture de police de Paris s’attaque même aux morts !

L’Action française vient de recevoir une nouvelle interdiction de « manifester » émanant de la préfecture de Paris. Mais de quelle manifestation s’agit-il ?

Il s’agit du rassemblement annuel au cimetière de Vaugirard pour célébrer la mémoire des défunts de l’Action française, rassemblement organisé depuis 1926 à la Toussaint, dans le calme et la dignité. On se souvient qu’en mai dernier une même interdiction nous avait été signifiée pour le cortège en l’honneur de Jeanne d’Arc, fête nationale ! Organisé par l’Action française depuis plus d’un siècle. Suite à nos référés-libertés, l’interdiction de manifester avait été levée et l’État condamné à nous verser 3000 euros, que nous attendons toujours presque six mois après la saisine du tribunal administratif.

Aujourd’hui, c’est l’hommage à nos morts qui est contesté pour des raisons grotesques, reprenant les termes des arrêtés annulés en y ajoutant une absurde accusation participer à la “désagrégation nationale” [sic]. Depuis quand rendre hommage aux morts revient à contester la République ? Et la préfecture de police, aux ordres d’Emmanuel Macron, se croit-elle véritablement gardienne d’une Nation unie quand toutes les actions du chef de l’État et de son ministre de l’Intérieur ne visent qu’à réprimer leurs contradicteurs et à diviser les Français ?

Et en quoi la célébration de nos morts, dont beaucoup sont tombés durant la Grande Guerre, dans le cadre de l’Union Sacrée, serait-elle contraire à l’esprit d’unité nationale ? L’AF a toujours servi le pays au-delà des divisions. Nous déposons aujourd’hui même un référé au tribunal administratif.

Image

Date de dernière mise à jour : 04/11/2023

  • 9 votes. Moyenne 4.7 sur 5.