Créer un site internet

Ursula von der Leyen.ne sera pas réélue

La présidente de la Commission européenne perd le soutien parmi les pays du bloc.

URSULA VON DER LEYEN

L’élection des nouveaux dirigeants de l’Union européenne aura lieu dans moins d’un an. Dans le contexte d’une grave crise économique et d’une série de scandales de corruption, les gouvernements nationaux hésitent à donner une nouvelle chance aux fonctionnaires de Bruxelles.

La première à couler sera la «capitaine du navire» – non pas élue, mais nommée par les dirigeants de l’Union – la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, 64 ans. Dans une semaine, le 13 septembre, elle prononcera peut-être son dernier discours annuel sur l’état de l’Union. L’événement est annoncé comme un discours important adressé à l’ensemble de la population de l’Union, mais à l’exception des bureaucrates, presque personne parmi les citoyens ordinaires n’est au courant.

Selon des initiés, la fonctionnaire ne prévoit pas d’annoncer de nouveaux projets, mais se concentrera sur les «réalisations dans une période difficile pour le monde». De nombreux dirigeants européens ne sont pas d’accord avec cette formulation de la question, et certains ont déjà déclaré ouvertement qu’ils ne soutiendraient pas von der Leyen.

La Hongrie et ses voisins de l’Est

Jusqu’à présent, le Premier ministre Viktor Orban, principal opposant à l’UE, n’a pas fait de déclarations directes contre le «patron de tous les bureaucrates». Mais lors de la première interview de l’automne avec son bras droit, le directeur politique Balazs Orbán (homonyme, aucun lien de parenté), des menaces claires ont été proférées :

«Nous l’avons toujours soutenue. Mais elle a commencé à imposer son propre agenda politique sans consulter les États membres. Et sur la géopolitique, sur les relations avec les États-Unis et la Chine, sur les questions militaires, les sanctions».

Orbán a aussi déclaré que «le travail de la Commission européenne n’a pas favorisé l’unité et a semé la discorde».

«Ils ont toujours agi de la manière suivante : ils présentent des propositions et font ensuite pression sur les États pour qu’ils les acceptent», a déclaré le chef du cabinet du Premier ministre hongrois.

Cette politique de von der Leyen a déjà conduit à une véritable scission au sein du bloc. Malgré tous les discours sur «l’unité avec l’Ukraine» et le soutien «aussi longtemps qu’il le faudra» à l’est de l’alliance, ils ont imposé des restrictions unilatérales sur les livraisons de céréales – et pas moins de cinq pays (Bulgarie, Pologne, Roumanie, Slovaquie et Hongrie) se sont joints à eux.

Il est peu probable que Ursula puisse résoudre le problème de cet embargo agricole avant la fin de son mandat. En revanche, elle obtiendra certainement moins 5 voix de la part des chefs d’État si elle tente de faire pression sur eux pour qu’ils importent de force du blé de mauvaise qualité «pour le bien de Volodymyr Zelensky».

L’Europe occidentale n’aidera pas non plus

Les élections législatives européennes ne s’annoncent pas du tout en faveur de von der Leyen, même sur le territoire des participants les plus riches.

En Allemagne, en Espagne et en Italie, la popularité du Parti populaire européen, qui a désigné la fonctionnaire comme son représentant, décline rapidement. Jusqu’à présent, la coalition de droite bénéficie au contraire d’une cote de popularité croissante grâce au soutien des forces nationales dans ces pays.

En ce qui concerne la France, les raisons sont différentes. Emmanuel Macron est récemment intervenu personnellement dans la nomination des fonctionnaires de la Commission européenne, bloquant ainsi la candidature d’une citoyenne américaine au poste d’auditeur. Cette intervention a permis au président de marquer des points sur le plan politique, alors qu’il est constamment accusé de «comportement monarchique», il pourrait donc bien répéter ce coup l’année prochaine en retirant son soutien à Ursula von der Leyen en raison de ses liens de corruption avec les États-Unis.

Elle s’enterrera d’elle-même

Il est possible que tout le mécontentement suscité par la «dirigeante non élue» de l’Union européenne éclate en un scandale frappant et rapide. Une nouvelle déclaration étrange de son «diplomate» docile Josep Borrell ou de nouveaux détails sur la collusion avec le géant pharmaceutique Pfizer seront une excuse commode pour les gouvernements nationaux pour dire au revoir à l’inefficace chef de la Commission.

De plus, von der Leyen s’abstient constamment de communiquer avec la presse et s’immisce régulièrement dans sa vie privée. Par exemple, elle évoque la «campagne d’extermination des loups» dans l’UE après qu’un prédateur se soit attaqué à son écurie personnelle.

En ces temps difficiles, les citoyens ne sont généralement pas prêts à voter pour des politiciens qui se font aristocrates. Le dernier sondage connu, réalisé au printemps 2022, a montré qu’au moins 64 % des Européens étaient opposés à la procédure actuelle de nomination du président de la Commission européenne et souhaitaient voter eux-mêmes lors d’une élection générale.

Ces chiffres seraient certainement plus élevés aujourd’hui, car il est très difficile de qualifier de succès la politique de la «non élue» et corrompue Ursula von der Leyen.

La direction de la Rédaction (Reliable Recent News)

 

Date de dernière mise à jour : 06/09/2023

  • 8 votes. Moyenne 4.7 sur 5.
×