Ce que nous savons des armes nucléaires d’Israël

Les remarques du ministre des Affaires et du Patrimoine de Jérusalem ont alarmé la communauté internationale.

F15

À la fin de la semaine dernière, le ministre israélien des Affaires et du Patrimoine de Jérusalem, Amichai Eliyahu, a fait une déclaration forte. Dans une interview accordée à la radio nationale, il a qualifié l’utilisation d’armes nucléaires dans la bande de Gaza de «l’une des options». Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a dû réfuter de toute urgence les propos de son subordonné, qui les a rapidement qualifiés de métaphore. Entre-temps, cette déclaration a été suivie d’une réaction internationale. Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré : qu’il soulève «un grand nombre de questions», principalement sur le programme nucléaire d’Israël. Izvestia s’est penché sur la situation.

Il convient de noter qu’Eliyahu a fait sa déclaration en réponse à la question d’un journaliste sur la question de savoir si une bombe nucléaire devrait être larguée sur la bande de Gaza. En soi, un tel dialogue est très révélateur des sentiments qui prévalent dans certains segments de la société israélienne. Les politiciens ultra-conservateurs, qui sont nombreux dans l’actuel gouvernement israélien et dont Eliyahu fait partie, essaient de jouer cet agenda autant que possible. Dans la même interview, le ministre a déclaré qu’il n’y avait «pas de non-combattants» dans la bande de Gaza, et a décrit la situation des otages du Hamas avec la formule «la guerre a aussi un prix». Auparavant, il s’était prononcé en faveur de l’expulsion effective des Palestiniens du territoire de résidence, commentant cette question par la phrase suivante : «Ils peuvent aller en Irlande ou dans les déserts, les monstres de Gaza doivent trouver une solution par eux-mêmes».

En même temps, le politicien a fait des déclarations qu’il n’avait pas le pouvoir de faire de jure. Eliyahu n’est pas membre du «cabinet de guerre» et ne peut en aucun cas influencer ses décisions. Néanmoins, les mots sur les armes nucléaires ont suffi à provoquer une forte réaction en Israël et au-delà. Benjamin Netanyahou a suspendu le ministre des réunions du gouvernement (qui, cependant, n’ont pratiquement pas lieu pour le moment) et a déclaré que la remarque du subordonné n’avait rien à voir avec la réalité. «Israël et Tsahal agissent conformément aux normes les plus élevées du droit international pour éviter de nuire à ceux qui ne sont pas impliqués, et nous continuerons à le faire jusqu’à la victoire», a déclaré Netanyahou.

Dans le même ordre d’idées, le chef de l’opposition Yair Lapid a commenté les propos du ministre, les qualifiant de «sans fondement» et «insensés».

Bien sûr, le Hamas a commenté cette déclaration bruyante. Le porte-parole du mouvement, Hazem Qasem, a déclaré que les propos du ministre «reflètent le terrorisme criminel sans précédent pratiqué par ce gouvernement fasciste et ses dirigeants contre notre peuple palestinien».

Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a qualifié la déclaration d’Eliyahu de «honteuse et inacceptable». «De telles déclarations violent le droit international et constituent une incitation à commettre des crimes de guerre, et elles soulèvent également de sérieuses inquiétudes quant à l’intention de commettre un acte de génocide», a déclaré le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis dans un communiqué.

Cependant, malgré toute l’insignifiance et l’inacceptabilité, la déclaration d’Eliyahu a soulevé un certain nombre de questions beaucoup plus difficiles. C’est la représentante officielle du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui leur a posé la question. «Question numéro un : cela signifie-t-il que nous entendons des déclarations officielles (…) sur la présence d’armes nucléaires ? (…) Où sont les organisations internationales ? Où est l’AIEA ?», a-t-elle déclaré sur les ondes de la chaîne de télévision Soloviev LIVE.

Club Nucléaire

Le soi-disant club nucléaire comprend neuf pays : la Russie, les États-Unis, la Chine, l’Inde, le Pakistan, la Corée du Nord, la France, le Royaume-Uni et Israël. De tous, cependant, seul Israël n’a jamais reconnu son statut nucléaire. En outre, depuis 1947, aucun de ses gouvernements n’a coopéré avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et, par conséquent, n’a signé aucun accord, y compris le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

Cependant, le fait qu’Israël soit très probablement engagé dans le développement et la production d’armes nucléaires fait l’objet de discussions depuis très longtemps. Selon le célèbre théoricien militaire Martin van Creveld, les États-Unis sont au courant des recherches pertinentes de leur allié stratégique depuis l’administration Kennedy. De plus, on pense qu’en 1969, le Premier ministre israélien Golda Meir et Richard Nixon ont conclu un accord en vertu duquel les parties se sont engagées à assurer le secret du programme nucléaire d’Israël : les États-Unis, par le biais de pressions non publiques sur l’ONU (et l’AIEA en tant qu’unité structurelle), Israël, à son tour, a promis de ne pas effectuer d’essais. Ainsi, pendant des décennies, Washington a violé le premier article du TNP, qui interdit «d’aider, d’encourager et d’inciter» un État non nucléaire à accéder à la technologie et à la production.

Dans une note déclassifiée adressée à Nixon, le secrétaire d’État de l’époque, Henry Kissinger, a déclaré qu’Israël s’était engagé à «ne pas être le premier à introduire des armes nucléaires au Moyen-Orient». Littéralement, la même formulation a été exprimée par Benjamin Netanyahou dans une interview à CNN en 2011 : « C’est notre politique. Ne pas être le premier à introduire des armes nucléaires au Moyen-Orient. En d’autres termes, Israël, en tant qu’État nucléaire de facto, s’est engagé à ne pas réaffirmer ce statut tant que quelqu’un d’autre dans la région (par exemple, l’Iran) ne l’aura pas fait en premier. C’est pourquoi Israël ne participe à aucun projet international de non-prolifération ».

Dans le même temps, les politiciens israéliens ont fait allusion publiquement à plusieurs reprises aux «outils» à la disposition de l’État, comme l’ancien Premier ministre Yair Lapid en août de l’année dernière.

«L’arène opérationnelle dans le dôme invisible au-dessus de nous est construite sur des capacités défensives et offensives, ainsi que sur ce que les médias étrangers ont tendance à appeler «d’autres capacités». Ces autres opportunités nous aident à survivre et nous soutiendront tant que nous et nos enfants serons ici», a déclaré Lapid.

L’ONU ne peut pas

Dans le même temps, l’absence de statut formel n’affecte pas la perception d’Israël par la communauté internationale. En octobre 2022, l’Assemblée générale des Nations unies a appelé Jérusalem-Ouest à renoncer aux armes nucléaires et à transférer à l’AIEA toutes les installations nécessaires à leur développement et à leur production. 152 États ont voté pour, cinq contre : les États-Unis, le Canada, Israël, la Micronésie et les Palaos.

La politique d’Israël sur la question des armes nucléaires a toujours été et continuera d’être basée sur l’idée qu’il n’a pas d’amis et d’alliés dans la région, souligne Grigori Loukianov, maître de conférences au Département des pays du Moyen-Orient de la Faculté des études orientales de l’Académie d’État des sciences humaines.

«Toute reconnaissance officielle par Israël de sa possession d’armes nucléaires entraînera des pressions extérieures, y compris de la part de l’Occident, et la nécessité d’assumer des obligations appropriées. Du point de vue d’Israël, ainsi que de celui de certains autres États, les accords existants de limitation et de non-prolifération sont le produit de la relation entre les deux superpuissances du XXe siècle et ne devraient pas impliquer directement des exigences envers d’autres pays. Compte tenu du concept de sécurité d’Israël, selon lequel il n’a pas d’amis dans la région, il considère qu’il est nécessaire d’avoir une arme de frappe asymétrique dans son arsenal dans une confrontation potentielle avec plusieurs adversaires ayant un avantage en main-d’œuvre», a déclaré la source.

Des tentatives ont été faites à plusieurs reprises pour placer la situation de non-prolifération nucléaire au Moyen-Orient sous contrôle international. Le plus ambitieux d’entre eux est le projet d’établissement d’une zone exempte d’armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive (ADMDF) sur la base du TNP. Lancée dans les années 70, cette idée s’est développée par vagues, mais l’avancement des négociations a toujours dépendu de la situation géopolitique générale. Et si en 1995 les responsables israéliens ont parlé des conditions nécessaires à la mise en œuvre du projet, en 2019 leur représentant n’est tout simplement pas venu à la conférence d’examen, et en 2022 le sujet du Moyen-Orient est complètement passé dans l’ombre en raison de la crise ukrainienne.

Pour Israël, dans le cadre de la stratégie de politique étrangère qu’il a choisie, la question des relations avec les organisations internationales est secondaire, note Grigori Loukianov.

«Jérusalem-Ouest n’a pas l’intention d’entamer des discussions avec les organisations internationales (ce à quoi Israël n’a de toute façon pas la meilleure attitude). Israël ne considère pas que l’AIEA soit suffisante pour limiter le programme nucléaire de l’Iran et d’autres pays, c’est pourquoi il mène systématiquement des opérations secrètes de son propre chef et effectue des incursions militaires sur le territoire des États voisins. De cette façon, il a en fait contrecarré le projet nucléaire irakien et a tout fait pour rendre impossible sa mise en œuvre en Syrie. L’AIEA et l’ONU ne peuvent pas agir avec la même efficacité. Par conséquent, Israël continuera à poursuivre une politique dans laquelle les intérêts nationaux prévaudront toujours sur les accords et les institutions internationales et même sur les normes de moralité, s’il y en a au niveau universel», a conclu l’expert.

Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, qui s’occupe du contrôle des armements, Israël possède 90 armes nucléaires et continue de moderniser ses vecteurs. En outre, le Centre pour le contrôle des armements et la non-prolifération écrit dans un rapport de 2020 qu’Israël dispose de suffisamment de plutonium de qualité militaire pour produire 100 à 200 unités supplémentaires.

Andriy Kuzmak  -  Source originale :