Créer un site internet

Cette civilisation occidentale n’a qu’une obesssion ...

La civilisation occidentale en décomposition a-t-elle un espoir de réanimation et de survie ?

Cette civilisation occidentale n’a qu’une obesssion, s’envoyer en l’air, financièrement, sexuellement, émotionnellement… Elle ne supporte plus la réalité objective.

CIVILISATION

L’infâme Carl Rove (nous ne nous embarrasserons pas d’une note explicative, quiconque se souvient de ce cow-boy et est toujours intéressé peut le rechercher) il y a vingt ans et quelques, articulait l’essentiel de l’idéologie fanfaronnade de l’empire :

« Nous sommes un empire maintenant, et quand nous agissons, nous créons notre propre réalité. Et pendant que vous étudiez cette réalité – judicieusement, comme vous le ferez – nous agirons à nouveau, créant d’autres nouvelles réalités, que vous pourrez étudier aussi, et c’est ainsi que les choses s’arrangeront. Nous sommes les acteurs de l’histoire… et vous, vous tous, n’aurez qu’à étudier ce que nous faisons. »

Les étudiants de « l’empire » doivent se demander en effet comment cet homme insensé, s’il est toujours là, commenterait maintenant son énoncé d’antan. L’empire au nom duquel Rove parlait avec arrogance il y a un quart de siècle est en ruine ; ses pouvoirs de production de réalité semblent singulièrement diminués. Si le prétentieux Rove avait une notion de l’histoire, il reconnaîtrait probablement que la durée de vie de son empire avait été encore plus courte que celle de l’Assyrie, son prototype éphémère de l’Antiquité.

La grossière vulgarité de la vantardise de Rove ne doit cependant pas occulter le fait qu’un dédain similaire pour la réalité a été exprimé devant lui par Lord Bertrand Russell, à tous points de vue un personnage véritablement substantiel. Dans son traité de 1953 « L’impact de la science sur la société », l’intellectuel sophistiqué Russell a rédigé une version beaucoup plus polie et cynique de la diatribe plébéienne de Rove :

« Les psychologues sociaux du futur auront un certain nombre de classes d’écoliers sur lesquels ils essaieront différentes méthodes pour produire une conviction inébranlable que la neige est noire ».

L’effort pour inverser la réalité et produire une telle conviction inébranlable est pleinement opérationnel dans la communauté des nations en phase terminale que Dostoïevski a charitablement appelée « le cimetière précieux », désormais connue également sous le nom d’Ouest collectif.

La dernière lubie idéologique de l’Occident est l’inversion de la réalité. 

Une autre façon de le dire est que l’expression la plus convaincante de fidélité aux valeurs de l’Occident consiste à nier avec véhémence l’évidence de ses sens.

Les preuves abondent. 

Le dogme propagé en février de cette année lors d’un atelier « éducatif » parrainé par l’Université d’État de l’Oklahoma était que le fait biologique que les chromosomes déterminent le sexe d’un individu est sans importance. 

Au contraire, on s’attendait à ce que les participants adoptent la conviction inébranlable que le genre, en plus d’être multiple, était aussi une question d’autodétermination arbitraire. L’idéologie « annule » les faits.

Les membres de la communauté scientifique et les étudiants en biologie qui, pour réussir leurs examens, considéraient jusqu’à récemment qu’il était avantageux d’affirmer des faits empiriques sur le rôle des chromosomes, sont désormais tenus de recalibrer les connaissances scientifiques en les conformant à des critères idéologiques. 

Qui peut blâmer des lecteurs autrefois citoyens d’un autre empire, s’ils trouvent inconfortables, voire traumatisants, des renversements aussi brusques de la réalité officiellement approuvée ?

Le pandémonium déclenché à l’Université d’État de Portland lorsqu’un biologiste a soutenu qu’il y avait des différences « explicitement anatomiques et biologiques » entre les hommes et les femmes, et que s’offenser de cela constitue un « rejet de la réalité », illustre richement la profondeur de la folie à laquelle l’Occident est descendu.

Pour résumer, la ligne du parti est maintenant que ce ne sont pas des facteurs objectifs tels que les chromosomes qui déterminent le sexe, mais « son sentiment interne d’être un homme, une femme, ni l’un ni l’autre, les deux, ou un ou plusieurs autres genres… pour les personnes transgenres, leur sexe attribuées à la naissance et leur propre sens interne de l’identité de genre ne sont pas les mêmes. Femme, femme et fille et homme, homme et garçon ne sont pas nécessairement liés les uns aux autres, mais ne sont que six identités de genre communes ».

En d’autres termes, on « est » ce que l’on « ressent » et le sentiment n’a pas besoin d’être ancré dans la réalité extérieure. (Voir ici.)

L’idée que les hommes aussi peuvent tomber enceintes, qui est maintenant très proche de la sanctification en tant que dogme obligatoire (une équipe de basket-ball de Toronto a été forcée de présenter des excuses collectives rampantes après que ses joueurs aient suggéré par ignorance que la grossesse était exclusivement la prérogative des femmes) n’en est qu’une autre. corollaire de la subjectivité du credo du genre et de la disqualification idéologique de l’évidence de nos sens. Il en est de même de la prolifération des « genres », dont le nombre peut varier selon les interlocuteurs (l’énumération précise reste fluide) mais qui doit toujours être supérieur à deux.

Sur l’île de Man, en Grande-Bretagne, l’endoctrinement des écoliers à cette abominable bêtise est apparemment allé un peu trop loin, suscitant de façon inattendue de furieuses protestations. Le conseil scolaire local a invité une drag queen en tant qu’autorité pour donner des conférences aux élèves sur les questions sexuelles. Lorsque l’un des jeunes a pris la parole pour réfuter l’affirmation de la drag queen selon laquelle il y avait 73 sexes, un scandale a éclaté. Elle a grondé l’opposant : « Tu m’as bouleversé », et a ordonné à l’enfant impertinent de partir. L’incident a donné lieu à une pétition signée par plus de 500 parents et maintenant la commission scolaire « enquête». Il est toutefois peu probable qu’une si petite complication locale suffise à faire dérailler l’agenda.

La vile sexualisation des enfants avec des ordures de genre se poursuit à un rythme soutenu. Ailleurs au Royaume-Uni, des spectacles de dragsters sont organisés pour les nourrissons, avec peu de protestations des parents ou de la société perverse et décadente.

Le Dr Paul Craig Roberts, un observateur avisé dont la durée de mémoire et d’attention (contrairement à la plupart de ses compatriotes) dépasse 15 minutes, demande ostensiblement : « Vous êtes-vous déjà interrogé sur l’engouement pour les transgenres qui s’est soudainement abattu sur nous ? J’ai traversé la maternelle à la 12e année, 4 ans d’université de premier cycle et 4 ans d’études supérieures et je n’ai jamais entendu parler du problème. Je n’ai jamais connu ou entendu parler de quelqu’un qui pensait être du sexe opposé, ou qui connaissait un homme qui voulait être une femme ou une femme qui voulait être un homme. Quand j’étais enfant, je connaissais quelques filles, connues sous le nom de « Tom Boys », qui aimaient grimper aux arbres mais c’était tout. »

Ce qui est curieux, c’est que personne ne sait qui dicte ces normes de « nouvelle réalité », et personne dans l’Occident collectif n’ose ou ne prend la peine de demander.

S’il y a une bonne nouvelle dans ce panorama déprimant du suicide civilisationnel, c’est l’exemple inspirant de Josh Alexander, un lycéen canadien de 16 ans qui, malgré son jeune âge, s’est montré obstinément résistant à intérioriser la conviction inébranlable que la neige est noire . Josh est étudiant dans une école catholique « progressiste » en Ontario qui n’a pas perdu de temps pour introduire des mandats d’éveil, y compris des toilettes transgenres. À cela, Josh s’est vigoureusement opposé, arguant insensiblement qu’« il n’y a que deux sexes », comme en témoignent à la fois sa foi religieuse (ce fait observable, d’ailleurs, était jusqu’à tout récemment adopté par l’Église catholique elle-même) et la preuve de ses sens. Dénoncé pour avoir tenu des propos « préjudiciables au bien-être physique et mental » d’élèves transgenres, Josh a été suspendu pour son impertinence pour le reste de l’année scolaire. Lorsqu’il a tenté de retourner en classe au mépris de l’interdiction, le jeune de 16 ans a été arrêté. L’affaire est maintenant en appel dans la province canadienne de l’Ontario.

« J’ai été traité de raciste, de sexiste, de fanatique, mais j’ai continué à exprimer mes convictions et j’ai fini par être arrêté », a déclaré l’étudiant. « Il y a des conditions qu’ils voulaient que j’accepte pour retourner à l’école, mais en tant que chrétien, je ne vais pas mentir, je ne vais pas accepter le mensonge, et je ne vais pas suivre le récit dominant. parce que c’est complètement contraire à l’ordre naturel de Dieu » (2:53 – 3:17 minutes).

Bref et bien dit, en effet.

Qui contestera que si la civilisation occidentale en décomposition a le moindre espoir de réanimation et de survie, tout son destin repose désormais exclusivement entre les mains de jeunes gens moraux, intelligents, non conformistes et courageux comme Josh Alexander ?

Stephen Karganovic

Date de dernière mise à jour : 16/03/2023

  • 10 votes. Moyenne 4.6 sur 5.
×