Les autorités israéliennes ont recensé "plus de 600 morts" sur son territoire. Près de 2100 blessés à l'heure actuelle.

Attaque du Hamas contre Israël : une Française a été tuée sur le territoire israélien, annonce le Quai d'Orsay qui cherche à localiser "plusieurs ressortissants"

Dans la nuit de samedi à dimanche, les frappes aériennes de l'armée se sont poursuivies sur la bande de Gaza, d'où les tirs continuaient sur Israël. Et des combats au sol sont toujours en cours.

Le Hamas lance une opération armée contre Israël, des dizaines de roquettes  tirées de Gaza

Une ressortissante française a été tuée dans le "contexte des attaques terroristes" en Israël, annonce dimanche 8 octobre le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. L'Etat hébreu fait face depuis samedi à une offensive du mouvement islamiste palestinien Hamas lancée à partir de la bande de Gaza. Le Quai d'Orsay précise être "en contact étroit avec la famille" de la victime et rappelle la mise en place "d'une cellule de crise" pour "assister la communauté française et les Français de passage".

Le communiqué précise que "plusieurs ressortissants" "n'ont pu être localisés". De son côté, le ministère allemand des Affaires étrangères a confirmé que plusieurs ressortissants allemands, ayant également la nationalité israélienne, se trouvent parmi les personnes enlevées par le Hamas.Suivez l'évolution de la situation dans notre direct.

"L'ennemi est encore sur le terrain" affirme l'armée israélienne. "Nous renforçons nos forces, surtout près de Gaza et nettoyons la zone", a déclaré dimanche soir le porte-parole de l'armée israélienne. Le général Daniel Hagari, annonçant que les frappes de l'armée avaient "touché 800 cibles de l'ennemi dans (la bande de) Gaza". "Plus de 100 prisonniers" sont aux mains du Hamas, avait par ailleurs annoncé le gouvernement plus tôt dans la journée.

Le bilan ne cesse de s'alourdir. Les autorités israéliennes ont recensé "plus de 600 morts" sur son territoire. Près de 2 048 blessés ont été évacués vers les hôpitaux, selon un bilan du ministère de la Santé. Dans la bande de Gaza, "370 citoyens ont été tués et 2 200 autres ont été blessés", a annoncé le ministère de la Santé du territoire palestinien. L'armée israélienne, citée par le quotidien Haaretz, affirme par ailleurs avoir tué plus de 400 "militants palestiniens".

Benyamin Nétanyahou jure de venger "une journée noire". Qualifiant Gaza de "cité du Mal", le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a juré d'utiliser "toute la puissance" de l'armée pour venger "une journée noire". "Ce qui s'est passé aujourd'hui est sans précédent en Israël", a-t-il reconnu lors d'une allocution télévisée. "Tous ces endroits où le Hamas se cache (...) nous allons en faire des ruines", a-t-il promis. Dimanche, il a averti les Israéliens qu'ils étaient "embarqués dans une guerre longue et difficile".

Une flambée de violences presque unanimement condamnée. Cette flambée de violence a été condamnée par de nombreux gouvernements à travers le monde. Le président américain Joe Biden a assuré samedi Israël de son "soutien inébranlable". L'ONU a annoncé avoir convoqué une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur le Moyen-Orient dimanche soir. L'Iran a quant à lui applaudi l'offensive. "Nous soutenons cette fière opération", a annoncé le général des Gardiens de la révolution Yahya Rahim-Safavi, cité par l'agence Isna.

Fabien Jannic-CherbonnelPierre Godon

Date de dernière mise à jour : 08/10/2023

  • 10 votes. Moyenne 4.9 sur 5.