Guerre Hamas-Israël : Jérusalem avance sur Gaza, Washington appelle à différencier «civils» et «terroristes»

La guerre entre Israël et le Hamas, entrée vendredi dans son 21e jour, a été déclenchée par l’attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre sur le sol israélien à partir de la bande de Gaza.

Selon le Hamas, 7.326 personnes, en majorité des civils, ont été tuées par les bombardements sur Gaza depuis trois semaines, et près de 19.000 ont été blessées. Selon les autorités israéliennes, plus de 1.400 personnes, en majorité des civils, ont été tuées en Israël lors de l’attaque des commandos du Hamas, qui ont enlevé 229 otages, israéliens, binationaux ou étrangers. Quatre femmes ont été relâchées à ce jour.

En direct, guerre Israël-Hamas : dans la bande de Gaza, où l'armée  israélienne augmente « graduellement les opérations terrestres », une  agence de l'ONU craint un écroulement de « l'ordre civil »

La France veut évacuer « dans les meilleurs délais » ses ressortissants se trouvant dans la bande de Gaza, a annoncé le président de la République.

Pour mieux comprendre les derniers événements sur le conflit entre le mouvement islamiste palestinien du Hamas et Israël, 20 Minutes fait le point tous les soirs. Entre les déclarations fortes, les avancées diplomatiques ou le dramatique bilan des combats, voici l’essentiel de la journée.

L’info du jour

C’est une déclaration qui n’est pas passée inaperçue. Pour la première fois, les Etats-Unis ont clairement appelé Israël à faire « la distinction » entre le Hamas et les civils palestiniens, alors que Jérusalem ne cesse d’augmenter ses bombardements et ses incursions armées dans le territoire sous blocus total.

« Ce que nous croyons, c’est qu’à chaque heure, chaque jour de cette opération militaire, le gouvernement israélien devrait prendre toutes les mesures possibles à sa disposition pour faire la distinction entre le Hamas – les terroristes qui sont des cibles militaires légitimes – et les civils qui ne le sont pas », a déclaré sur CNN le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, Jake Sullivan, ce dimanche.

Le chiffre du jour

CINQ. C’est le nombre de Palestiniens tués par l’armée israélienne en Cisjordanie, d’après le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne. Les cinq Palestiniens, âgés de 29 à 35 ans, ont été tués lors d’affrontements avec l’armée israélienne. La situation en Cisjordanie, occupée depuis 1967 par Israël, était déjà tendue avant cette guerre avec de fréquents raids de l’armée israélienne, une recrudescence des exactions par des colons israéliens contre la population palestinienne et des attaques palestiniennes contre les colonies et les forces de sécurité israéliennes.

La phrase du jour

« La situation à Gaza devient de plus en plus désespérée d’heure en heure »

C’est une déclaration du secrétaire général de l’ONU, qui ne cesse de s’inquiéter des morts civiles que provoque la guerre qui oppose le Hamas et Israël. « Je regrette qu’au lieu d’une pause humanitaire cruellement nécessaire, soutenue par la communauté internationale, Israël ait intensifié ses opérations militaires 

L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens a aussi mis en garde dimanche contre un écroulement de « l’ordre civil » dans la bande de Gaza après le pillage d’entrepôts et de centres de distribution d’aide alimentaire qu’elle gère.

La tendance du jour

Pas de répit en vue pour la bande de Gaza. Israël ne cesse d’intensifier son offensive contre le Hamas, malgré les appels de la communauté internationale à une désescalade. Depuis vendredi soir, l’armée israélienne opère au sol avec des soldats et des blindés, Benyamin Netanyahou évoquant samedi soir « une deuxième étape de la guerre ».

La guerre sera « longue et difficile », a prévenu samedi le Premier ministre israélien. Vaincre le Hamas est un « défi existentiel » pour Israël mais « cela concerne toute la civilisation occidentale », selon lui. L’armée israélienne continue dans le même temps d’intensifier ses bombardements dans le territoire de 362 km2, en représailles à l’attaque sanglante sans précédent perpétrée par le mouvement islamiste palestinien le 7 octobre en Israël.

« Durant la nuit [de samedi à dimanche], nous avons augmenté » le nombre des forces de l’armée à entrer dans la bande de Gaza « et elles se sont jointes à celles qui se battent déjà là-bas », a déclaré le porte-parole de l’armée israélienne, le général Daniel Hagari. « Nous augmentons graduellement les opérations terrestres et l’étendue de nos forces dans la bande de Gaza », a-t-il précisé. Samedi, des avions de combat ont frappé « 450 cibles » du Hamas, dont des centres de commandement, selon l’armée israélienne.

La Rédaction avec AFP

 

Date de dernière mise à jour : 10/11/2023

  • 10 votes. Moyenne 4.7 sur 5.