UKRAINE Comment la guerre va-t-elle se terminer ?

Je vais essayer de simplifier les choses. C’est une question complexe, mais nous devrions y réfléchir si le monde veut éviter un holocauste nucléaire. Elle se résume à trois possibilités :

- la reddition inconditionnelle

- un règlement négocié

- conflit prolongé et épuisement, c’est-à-dire impasse.

CHARS RUSSES

Du point de vue de la Russie, l’opération militaire en Ukraine n’est pas une guerre. La guerre consiste à détruire l’ennemi – physiquement, matériellement et politiquement. Malgré les affirmations de la propagande occidentale, la Russie s’est abstenue d’infliger des pertes civiles importantes. La Russie n’a pas essayé de détruire les plateformes ISR occidentales, les infrastructures gouvernementales ukrainiennes ou les responsables politiques ukrainiens. En bref, la Russie n’a joué que quelques-unes des cartes militaires qu’elle détient. Entrer en guerre signifie s’engager à fond.

L’Ukraine et ses alliés de l’OTAN ont un point de vue diamétralement opposé : il s’agit d’une guerre d’agression russe. Contrairement à la Russie, l’Ukraine a non seulement mobilisé sa population d’hommes en âge de servir dans l’armée, mais elle a aussi fait endosser l’uniforme à des jeunes de moins de 18 ans et à des hommes âgés de 45 à 65 ans et a envoyé la chair à canon en avant. La capacité de l’Ukraine à maintenir une position de guerre à l’avenir dépend entièrement de l’argent et des armes fournis par les États-Unis et les autres États membres de l’OTAN. Sans soutien étranger, l’Ukraine ne peut pas continuer à mener une guerre industrielle moderne.

Passons donc en revue quelques faits cruciaux :

1. L’Ukraine subit des pertes militaires dévastatrices et ne dispose pas d’une force de réserve entraînée qu’elle pourrait envoyer sur le champ de bataille.

2. L’Ukraine ne dispose pas d’une capacité aérienne de combat viable

3. L’Ukraine ne dispose pas d’un stock de chars, de véhicules, d’artillerie et d’obus d’artillerie.

4. L’Ukraine ne dispose pas d’installations/bases d’entraînement sûres sur son propre territoire et doit compter sur d’autres pays de l’OTAN pour assurer l’entraînement. (Cela signifie que la formation est limitée et non standardisée).

5. La contre-offensive de l’Ukraine, qui était censée ouvrir une brèche dans les lignes de défense russes de Sourovikine, a échoué et l’Ukraine n’a pas la puissance de combat nécessaire pour intensifier les attaques.

6. La Russie, en revanche, dispose d’un grand nombre de réserves de troupes entraînées, de munitions d’artillerie, d’artillerie (mobile et fixe), de missiles de croisière, de drones, de plus d’un millier d’avions de combat à voilure fixe, d’hélicoptères d’attaque et de systèmes de défense aérienne massifs.

7. La Russie est autosuffisante en ressources naturelles critiques nécessaires à l’approvisionnement de ses industries de défense.

8. La Russie ne dépend plus de l’Occident pour ses échanges commerciaux et son économie se développe malgré les sanctions économiques occidentales.

De nombreux analystes occidentaux insistent sur le fait que la situation en Ukraine est une impasse et postulent que la guerre avec la Russie durera encore des années. Ce n’est pas le cas. Compte tenu des faits décrits ci-dessus, les avantages sont entièrement du côté russe. À ce stade, l’Ukraine n’a pas le moindre avantage sur la Russie. À mon avis, il est peu probable que la guerre entre la Russie et l’Ukraine aboutisse à une impasse.

Qu’en est-il d’un règlement négocié ? C’est possible, mais tout accord se fera aux conditions de la Russie. La Russie insistera sur la reconnaissance internationale de la Crimée, de Kherson, de Zaporijia, de Donetsk et de Lougansk en tant que parties permanentes de la Russie. Ce point n’est pas négociable. Les dirigeants politiques ukrainiens continuent d’insister sur le fait qu’il s’agit d’un point de non-retour. En d’autres termes, aucun accord n’est en vue.

Ce qui nous laisse la troisième possibilité : la capitulation inconditionnelle. L’armée ukrainienne se dirige vers un point de rupture en raison des pertes croissantes. L’Ukraine ne dispose pas d’un cadre de réservistes entraînés attendant dans les coulisses, prêts à se précipiter au front pour poursuivre l’effort visant à percer les lignes de défense de la Russie. L’Ukraine est confrontée à une situation semblable à celle qu’a connue le général confédéré Robert E. Lee à Appomattox. L’armée assiégée de Lee voulait encore poursuivre la lutte contre le Nord mais, malgré son esprit, elle manquait de logistique et d’effectifs pour continuer. Lee a reconnu la futilité de la situation et a accepté les conditions généreuses proposées par le général Ulysses Grant. Je pense que le moment approche où le général ukrainien Zaloujny sera confronté à un moment de vérité similaire.

Je pense que le scénario le plus probable est celui d’un désaccord majeur entre Zelensky et ses commandants militaires sur la question de savoir s’il faut poursuivre la guerre. Le désir des Ukrainiens de se battre ne peut se substituer à la fourniture des armes nécessaires et, plus important encore, à l’entraînement des troupes à l’utilisation de ces armes. À l’heure actuelle, l’Ukraine ne dispose d’aucune voie viable pour soutenir des opérations militaires sans le soutien garanti de l’OTAN.

Le joker dans ces calculs est l’OTAN. Dans le pire des cas, les États-Unis ou d’autres membres de l’OTAN décident d’intervenir en envoyant leurs propres troupes en Ukraine. Cela marquera la fin de l’«opération militaire spéciale» et le début d’une véritable guerre entre l’OTAN et la Russie.

Si vous êtes intéressé par certains des «travaux universitaires» sur la fin des guerres, je vous propose ci-dessous des liens vers des travaux universitaires sur ce sujet. Je ne suis pas d’accord avec certaines des conclusions, mais j’ai pensé qu’elles seraient utiles à ceux qui souhaitent approfondir le sujet.

Pourquoi les guerres se terminent : Les réponses de CASCON à partir de l’Histoire

Comment les guerres se terminent : Le rôle de la négociation (cours de Harvard)

«On pense généralement que les guerres se terminent après une bataille militaire décisive qui aboutit à une victoire définitive – un camp se rend et l’autre sort victorieux. En fait, l’histoire récente suggère que les choses sont généralement beaucoup plus compliquées : les négociations entre les parties en conflit jouent souvent un rôle essentiel dans la fin d’un conflit armé. Il suffit de penser à la Corée, au Vietnam, à la Bosnie, à l’Afghanistan et à l’Irak. Ce groupe de lecture explorera le rôle de la négociation dans la fin des guerres».

Comment les guerres se terminent (un livre de Dan Reiter)

«Dan Reiter explique comment les informations sur les résultats des combats et d’autres facteurs peuvent persuader un pays en guerre d’exiger plus ou moins lors des négociations de paix, et pourquoi un pays peut refuser de négocier des conditions limitées et au contraire rechercher avec ténacité la victoire absolue s’il craint que son ennemi ne revienne sur un accord de paix. Il expose la théorie dans son intégralité et la teste ensuite sur plus de vingt cas de comportement de fin de guerre, notamment des décisions prises pendant la guerre de Sécession, les deux guerres mondiales et la guerre de Corée. Reiter aide à résoudre certaines des énigmes les plus persistantes de l’histoire militaire, comme la raison pour laquelle Abraham Lincoln a publié la Proclamation d’émancipation, la raison pour laquelle l’Allemagne en 1918 a renouvelé son attaque à l’Ouest après avoir obtenu la paix avec la Russie à l’Est, et la raison pour laquelle la Grande-Bretagne a refusé de rechercher des conditions de paix avec l’Allemagne après la chute de la France en 1940».

Comment cela se termine-t-il ? Ce que les guerres passées nous apprennent sur la façon de sauver l’Ukraine (un document du CSIS)

«Le temps de la diplomatie de crise est venu. Plus une guerre dure sans concessions de la part des deux parties, plus elle risque de dégénérer en un conflit prolongé. Malgré le courage du peuple ukrainien face à l’agression russe, cette perspective est dangereuse. La crise des réfugiés s’aggravera. Davantage de civils mourront. La Russie deviendra encore plus paranoïaque et irrationnelle. Outre la punition, les responsables russes ont besoin d’une voie de sortie diplomatique viable qui réponde aux préoccupations de toutes les parties».

La Rédaction de La France Libérée - source : A Son of the New American Revolution

Date de dernière mise à jour : 16/08/2023

  • 9 votes. Moyenne 4.7 sur 5.
×