Créer un site internet

DÉFENSE MILITAIRE - L’obusier israélien ATMOS 2000 dame le pion au CAESAr français au Brésil

En mars, le président Macron a plaidé en faveur d’un renforcement de la coopération industrielle en matière d’armement entre la France et le Brésil. « Je veux qu’à vos côtés nous puissions continuer le formidable travail qui a été mené dans la cadre de la production des hélicoptères. Regardons aussi d’autres champs, des tourelles de combat aux satellites et à l’espace, qui doit être, là aussi, un instrument de coopération concrète. […] Nous avons là aussi à bâtir des coopérations technologiques […] pour l’intérêt de nos pays », a-t-il dit, lors du lancement du sous-marin brésilien Tonelero, au chantier naval d’Itaguaí.

Artillerie : L'obusier israélien ATMOS 2000 dame le pion au CAESAr français  au Brésil - Zone Militaire

Dans la foulée, la Direction générale de l’armement [DGA] et le Secretaria de Produtos de Defesa [SEPROD] ont signé un accord visant à établir un « comité d’armement » chargé d’identifier de « nouveaux projets » pouvant intéresser la France et le Brésil. Pour autant, ce rapprochement n’aura pas profité à KNDS France [ex-Nexter Systems], dont le CAESAr [Camion équipé d’un système d’artillerie] était l’un des quatre concurrents retenus par l’armée brésilienne [Exército Brasileiro] au titre du programme VBCOAP [Viatura Blindada de Combate Obus Autopropulsada], lequel prévoit l’acquisition de 36 obusiers automoteurs à roues, capables de tirer des munitions de 155 mm aux normes de l’Otan.

Outre le CAESAr, le commandement de la logistique [Comando Logistico – COLOG] de l’armée brésilienne avait sélectionné le SH15 6×6 du groupe chinois NORINCO [China North Industries Corporation], le Zuzana 2 8×8 du slovaque Konštrukta Defence et l’ATMOS 2000 de l’israélien Elbit Systems.

Au regard du cahier des charges, la présence du SH15 6×6 pouvait sembler surprenante. Tout comme celle de l’ATMOS 2000, les relations entre le Brésil et Israël étant alors très fraîches après les propos tenus par le président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, au sujet de Gaza. Cependant, le COLOG avait assuré que cela n’aurait « aucun impact négatif sur la participation d’Elbit Systems » au programme VCOAP, même si des transferts de technologie et des compensations industrielles devaient faire l’objet d’une coopération appelée à s’inscrire dans le long terme.

Effectivement, cette brouille diplomatique n’a eu aucune incidence sur le processus puisque, le 29 avril, l’Exército Brasileiro a annoncé que son choix se porterait sur l’ATMOS 2000, en précisant qu’il avait répondu à « toutes les exigences » qu’elle avait fixées. Et de souligner que l’obusier d’Elbit Systems est « considéré comme l’un des meilleurs systèmes au monde dans sa catégorie ».

Après la Colombie et le Danemark, c’est la troisième fois en moins de deux ans qu’Elbit Systems dame le pion à KNDS France dans le domaine des obusiers automoteurs, alors que l’industriel français avait toutes les cartes en main pour s’imposer. En effet, l’armée danoise a préféré acquérir des ATMOS 2000 pour remplacer les CAESAr 8×8 qu’elle a cédés à l’Ukraine. Quant à l’armée colombienne, elle a renoncé au dernier moment à se procurer la solution française au profit de celle soumise par l’industriel israélien.

Quoi qu’il en soit, Elbit Systems devra s’engager contractuellement à livrer deux ATMOS 2000 à l’Exército Brasileiro au cours des douze prochains mois, à des fins d’évaluations techniques et opérationnelles. Puis, le COLOG lui notifiera ensuite le « contrat principal » pour la fourniture des 34 autres exemplaires. Ceux-ci devront être livrés « par lots annuels » jusqu’en 2034. La valeur totale de ce marché est estimée à 180 millions d’euros [soit 1 milliard de réals].

Laurent Lagneau

 

Date de dernière mise à jour : 01/05/2024

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.
×